Enduit gratté : les étapes clés

Enduire un mur est la première étape qu’il faut aborder avant de passer à sa peinture ou y intégrer du papier peint. Mais bien avant de passer à l’utilisation d’un pinceau et d’une couche de peinture, il est important de connaître la nature du mur à enduire. Ses composants, son état et son emplacement vont déterminer les étapes pour l’enduit. Découvrez dans cet article les étapes clés pour enduire un mur.

Enduit gratté : connaitre son prix

L’enduit gratté est de plus en plus apprécié par les professionnels, mais aussi les particuliers. Il est facilement applicable aussi bien en construction neuve qu’en rénovation. Pour avoir un enduit gratté, il faut débourser entre 35 et 40 euros par m2, avec les frais d’achat et de pose inclus.

A voir aussi : Pourquoi habiter une tiny house ?

Les premières étapes pour enduire un mur

Pour faire un enduit gratté, certains outils s’avèrent indispensables et doivent être en la possession de toute personne avant de passer aux étapes clés. Il s’agit :

  • D’une auge qui va permettre de faire l’enduit ;
  • D’un papier de verre possédant des grains très fins ;
  • De 3 à 4 couteaux pour enlever les fragments qui s’effritent afin de faciliter l’enduit du mur.

Une fois l’ensemble de ces outils à disposition, les étapes qui suivront seront plus faciles à aborder. Avant tout, il est indispensable de nettoyer le mur à enduire, dans le but de bien préparer les défauts du support. Il s’agit des parties trouées ou friables qu’il faut gratter et élargir. Il faut ensuite passer au dépoussiérage du mur pour nettoyer correctement les débris. Certains murs obligent à ce qu’un enduit de lissage soit appliqué. Pour un bon lissage, il faut au moins 3 mesures de poudre pour 1 L d’eau en prenant le soin de verser l’eau après la poudre.

A découvrir également : Comment décorer son salon avec du papier peint ?

Enduit gratté : les étapes clés

Pour faire un enduit gratté, voici les étapes clés à connaître :

L’épaisseur

Contrairement à la taloche, l’enduit doit être appliqué sur une plus grande épaisseur, puisqu’il sera poli pendant le grattage. Lors de ce grattage, le mur perd environ 3 à 4 mm.  À cet effet, il faut prévoir au moins 18 mm d’épaisseur pour avoir un rendu de 15 mm.

L’application

Une fois l’étape de l’épaisseur passée, c’est l’application de l’enduit sur le mur qui s’ensuit. Il faut donc penser à bien dresser son mur avec une lisseuse ou une règle à enduire pour que sa surface soit bien plane. Il faut ensuite resserrer les grains en se servant d’un des couteaux prévus à cet effet ou simplement en utilisant à nouveau la règle à enduire. Il est important de noter que plus l’outil utilisé est long, plus le risque d’avoir des bosses et des trous diminuent. C’est un moyen plus simple pour rapidement avoir un mur lisse.

Le séchage puis l’utilisation de la taloche à pointe

Avant de passer au grattage, il est indispensable d’attendre tout le temps qu’il faut pour que le mur sèche. En général, il faut une attente de 48 heures pour arriver à ce résultat, mais il existe un moyen plus simple de le vérifier. En se servant d’une taloche, on peut savoir si un mur est sèche ou non. En effet, si le gobetis appliqué au mur est toujours frais, la taloche va facilement s’incruster dans les pics du mur. Dans le cas contraire, la surface du mur est en état de recevoir la taloche à pointe.

La dernière étape consistera à l’utilisation de la taloche à pointe. C’est une étape assez simple qui consiste à décrire des cercles de grands diamètres. Tout comme la taloche traditionnelle, l’utilisation de la taloche à pointe exige un bon mouvement des poignets pour réussir le dessin des cercles.

Les particularités entre les enduits traditionnels et enduit monocouches

Il est tout à fait possible de faire un enduit gratté à base de produit monocouche ou avec la méthode traditionnelle. Dans l’un ou l’autre des cas, il faut que l’épaisseur de l’enduit soit dans l’intervalle de 12-15 mm après l’étape du grattage. Pour un enduit traditionnel, l’intervalle de 12-15 mm ne s’applique qu’à la couche de finition qui vient à la suite du dégrossi.

Tandis que pour un enduit avec un produit monocouche, cet intervalle s’applique à la totalité de l’épaisseur. Dans la plupart des cas, les professionnels cherchent à réduire l’épaisseur des enduits pour ne pas excéder le budget prévu pour les travaux. Enfin, pour avoir les bonnes pratiques, il est intéressant de suivre les procédures listées par les DTU, qui sont une véritable référence dans le domaine.

ARTICLES LIÉS