HLM : Les plus pauvres ont moins accès aux logements sociaux, l’État aux abonnés absents…

La France fait face à une crise de logement social depuis quelques années, mais cela a été aggravé par le confinement. Les personnes les plus pauvres n’ont pas accès aux logements et on constate que l’État ne fait rien pour résoudre le problème.

Pourquoi les plus pauvres n’ont pas accès aux logements sociaux ?

 

A voir aussi : Comment financer l'achat de votre maison ?

La principale raison de cette crise de logement est la pénurie de logements sociaux contre une forte croissance de demandeur. En effet, en 2020 seulement, le nombre de personnes concernées par la crise de logement s’élève à plus de 15 millions contre 5 089 800 logements disponibles selon les statistiques du développement durable.

Par ailleurs, le coût de ces logements est encore trop cher pour les foyers en crise. La majorité des demandeurs ont un niveau de vie situé en dessous du seuil de la pauvreté, gagnant à peine 700 euros par mois net. Il est impossible pour eux de payer un loyer à 300 euros et subvenir correctement à leurs besoins dans ce cas-là, selon les comités d’évaluations qui n’hésitent pas à refuser leurs demandes.

A lire en complément : Comment louer un appartement dans la ville de la chaux-de Fonds ?

L’État a toutefois prévu d’octroyer 40 000 prêts locatifs aidés d’intégration par an pour permettre à 40 000 foyers d’accéder aux logements les plus sociaux. Cependant, cela reste insuffisant face à la forte croissance des demandeurs et le manque de logement disponible.

Enfin, la construction de nouveaux logements sociaux a été compliquée, voire suspendue par le confinement et la prolongation de la période d’élection. Le coût des constructions ne cesse d’augmenter alors que les aides disponibles se font rares.

Quelles sont les solutions ?

L’État doit s’activer pour répondre au besoin de logement du peuple. La fondation Abbé Pierre propose plusieurs solutions : la revalorisation des APL ou aide personnalisée au logement, le financement annuel de 60 000 PLAI ou logements très sociaux, la mise en place d’une quittance adaptée aux ressources des foyers, la gestion des coûts des charges.

Il est également indispensable de bien distribuer les logements sociaux dans les grandes villes et mettre en pratique les obligations d’attribution de logements sociaux aux foyers les plus en besoin soit 25 %. Malheureusement, force est de constater que l’attribution des logements au plus démunis n’est que de 14 % en 2018, contre 16,5 % en 2017.

L’utilisation des immeubles vacants

D’après le ministère du Logement, il existe en ce moment environ 1 million de logements vacants en France, dont 200 000 peuvent permettre de contribuer à la résolution de la pénurie de logements. Bien évidemment, ces immeubles ne seront pas saisis par le gouvernement, mais entreront dans le plan national de mobilisation des logements et locaux vacants dans le cadre du projet « logement d’abord ». Les propriétaires percevront un loyer de l’État et les personnes les plus en besoin pourront accéder à un logement. Ce dispositif a déjà été employé dans le passé, et a permis la mobilisation de 6400 logements privés entre 2018 et 2020.

ARTICLES LIÉS