Quelles sont les pièces qui rentrent dans le calcul de la superficie ?

Trouver le juste prix pour vendre un bien immobilier permet de le vendre plus rapidement. L’estimation de la superficie exacte des pièces doit ainsi être faite de la manière la plus précise possible. Par ailleurs, il faut savoir quels espaces doivent être inclus dans le calcul.

Estimation exacte du bien mis en vente : une obligation

A lire en complément : Investissement locatif : 4 pièges à éviter

Quand vous avez l’intention de vendre ou louer votre bien immobilier, vous êtes dans l’obligation d’en estimer la surface en m2. Pour le propriétaire, l’exactitude du calcul des m² permet de trouver le juste prix à appliquer pour la vente ou la location du bien. Mais ce n’est pas tout parce qu’un calcul faussé peut se retourner contre le vendeur.

Idéalement, la surface réelle du logement doit être la même que la surface estimée. Cette surface estimée ne doit pas être supérieure de plus de 5% par rapport à la surface réelle. Si une telle situation se produit, l’acquéreur peut demander une compensation correspondant au surplus de surface.

A lire également : Comment assurer l'entretien immobilier : hygiène et réparation du bâtiment

Les pièces à inclure dans le calcul de la surface

Dans le cadre du calcul des surfaces en m2, il y a deux lois qui déterminent les différentes pièces qui doivent être incluses dans l’estimation. Il est ainsi très important de le connaître avant de faire l’estimation de votre bien et d’inclure le résultat dans le contrat de vente.

La surface habitable et la loi Boutin

Toutes les pièces se trouvant à l’intérieur des murs du logement constituent sa surface habitable selon la loi Boutin. Mais à cette définition doit être ajoutée la condition d’une hauteur sous-plafond supérieure ou égale à 1m80. Si vos buanderies sont intérieures à votre logement et qu’elles font plus de 1m80, la pièce doit être prise en compte. Les espaces intérieurs comme les caves et les combles non aménagés ne seront pas pris en compte.

La surface Carrez : la surface habitable étendue

Surface Carrez, surface habitable, surface privative, surface de plancher…toutes ces surfaces peuvent porter à confusion. En ce qui concerne la surface Carrez, le principe de calcul est le même que la surface habitable pour les pièces intérieures. Cependant, le calcul de la surface Carrez inclut les combles non aménagés, les garages ainsi que les espaces extérieurs tels que les vérandas et les terrasses.

Quand utiliser la superficie Carrez et la surface habitable ?

Même s’il y a de quoi confondre ces deux types de superficies, il faut comprendre qu’elles ne s’utilisent pas dans les mêmes contextes. Dès qu’un logement se trouve dans une copropriété, l’établissement d’un diagnostic Carrez, calcul de la surface Carrez, doit être fait. C’est également le cas dès que le bien est mis en vente qu’il fasse partie d’une copropriété ou non.

Afin d’éviter toute erreur, le calcul est idéalement à confier à un diagnostiqueur professionnel. La mention de la surface habitable quant à elle n’est pas toujours obligatoire dans l’acte de vente. Le calcul et la mention de la surface habitable sont nécessaires lors de la mise en location du bien. La surface habitable permet d’estimer la surface du logement qui est strictement vouée à l’habitation.

ARTICLES LIÉS